GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Veau

Publié le 21/04/2011

Diarrhées néonatales du veau: prévention

Prévention des diarrhées néonatales du veau

 
La survenue de diarrhées sur les veaux n’est pas liée au hasard : plusieurs conditions d’élevage sont souvent réunies pour qu’un déséquilibre se créé : veaux affaiblis du fait d'un vêlage difficile ou d'une prise de colostrum insuffisante, concentration d’animaux, contact avec d'autres veaux malades, alimentation inappropriée… Face a multiplication des agents pathogènes les veaux - d'autant plus sensibles et fragiles qu'ils sont jeunes - sont malades. A chaque nouveau veau atteint, la contamination par les microbes de l'environnement s'aggrave, diminuant d'autant les chances des veaux suivants. C’est pourquoi, une bonne maîtrise des facteurs de risque bien en amont des vêlage est déterminante :

  • préparation au vêlage,
  • vêlage et soins aux veaux nouveaux-nés,
  • alimentation du veau,
  • logement, hygiène..

La mise en place d’une prévention raisonnée et adaptée à chaque élevage apporte une réponse satisfaisante. Dans un premier temps, il faut fixer ses objectifs : garder des veaux vivants à la naissance, faire des génisses en bonne santé, ce qui permettra de fortes croissances… Il faut aussi réussir à remettre en cause ses propres pratiques : donner le colostrum au veau dans les deux heures suivants la naissance sans attendre la traite suivante, isoler les malades, adapter son bâtiment à l'évolution du troupeau…



Surveillance des mises-bas

Celle-ci doit permettre d’éviter les mises-bas trop longues.

Par Robert Chevalier
Le veau nait immun-compétant mais uniquement potentiellement :
Dans l’utérus, pendant neuf mois, le veau s’est construit à l’abri du monde des bactéries et des virus ; à la naissance, son système immunitaire est efficace mais il lui faut du temps pour qu’il se mette réellement en place …
Consultez également :  recommandations pour obtenir une bonne immunité collostrale


Désinfection du cordon ombilical


Dès la naissance, tremper le cordon dans un désinfectant, et renouveler l’opération quotidiennement tant que le cordon n’est pas sec.

Colostrum
Chez les ruminants, les anticorps de la mère ne traversent pas la barrière placentaire ; par contre, pendant les 12 premières heures après la naissance, l’intestin du veau est «perméable» aux anticorps colostraux d’où l’importance des premières buvées (qui sont par ailleurs  les plus riches). Mais l’intérêt du colostrum ne se limite pas seulement aux anticorps qui permettent une défense passive ( en relation avec le microbisme rencontré par la mère) ; il apporte des facteurs laxatifs qui permettront une bonne élimination du méconium et un cocktail vitaminique et minéral (vit A, E …  Zinc, Sélénium, Iode …) qui apportera au veau les moyens de mettre en route sa propre immunité.
.


Les anticorps de la phase colostrale (1ersemaine) sont prépondérants dans l'immunité intestinale Passé les 24 premières heures, les IgG colostraux ne traversent plus la barrière intestinale. Cependant ils interviennent localement pour protéger l’épithélium intestinal des différentes attaques bactériennes (colibacilles) et virales (rotavirus et coronavirus principalement). En système laitier, compte tenu de la très faible teneur en anticorps (dilution), il peut être conseillé de mélanger du colostrum au lait (200g de colostrum pour 3 litres de lait) et ceci dès le 3ième jour. En pratique : Distribuer 1,5 à 2 litres de colostrum dans les 2 premières heures de vie du veau afin d’assurer une bonne assimilation des anticorps. Au total, faire boire 10 à 15 % du poids du veau en colostrum au cours des 24 premières heures.

Pour les agneaux, s'assurer qu'ils ont été adoptés, que les mères ont du colostrum et qu'ils ont tété. Le passage en case d'agnelage peut fortement aider.
Logement du nouveau-né

Voir également nos recommandations pour :  le logement des veaux

La nurserie doit être bien étudiée. Ventilée, l’air est ainsi renouvelé ce qui participe à assurer le confort des veaux (qualité de l’air, absence d’humidité).

Préparer une litière sèche et abondante pour une bonne isolation thermique.

Séparer les veaux d’âges différents (les plus vieux sont porteurs de germes pouvant provoquer une diarrhée chez les plus jeunes). La situation idéale de ce point de vue est la case ou niche individuelle à condition qu’aucun contact ne soit possible entre les veaux. Si cela n’était pas possible, constituer des lots de veaux d’âges équivalents.

Entre 2 veaux, laver et désinfecter la case ou la niche pour éviter la transmission des germes.
Ne pas surpeupler la nurserie.
Alimentation des veaux
Utiliser un matériel propre pour chaque veau (un seau par veau,…) et le laver après chaque repas à l’eau chaude.

S’assurer que le lait distribué est à 38°C lorsqu’il est apporté au veau.

Surveiller la qualité de l’eau (analyse annuelle s’il ne s’agit pas de l’eau du réseau).


Téléchargez le reccueil des conférences (format PDF) : Le 11 décembre 2003, le GDS de l'Isère a organisée sa journée sanitaire annuelle sur le thème de la maîtrise des diarrhées néonatales des veaux.
Télécharger les articles publié dans le bulletin du GDS sur ce sujet :
diarrhees2001.PDFdiarrhees2003.pdfJS2003.pdf