GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Veau

Publié le 21/03/2004

Une bonne immunité colostrale

Obtenir un bonne immunité colotrale

Chez les ruminants, les anticorps de la mère ne traversent pas la barrière placentaire ; par contre, pendant les 12 premières heures après la naissance, l’intestin du veau est «perméable» aux anticorps colostraux d’où l’importance des premières buvées (qui sont par ailleurs les plus riches). Mais l’intérêt du colostrum ne se limite pas seulement aux anticorps qui permettent une défense passive (en relation avec le microbisme rencontré par la mère) ; il apporte des facteurs laxatifs qui permettront une bonne élimination du méconium et un cocktail vitaminique et minéral (vitanime A, vitamine E, zinc, sélénium, iode …) qui apportera au veau les moyens de mettre en route sa propre immunité.

Le colostrum

C'est la première sécrétion lactée chez les mammifères. Cette sécretion se caractérise par :

- son aspect jaunâtre et sa consistance plus pateuse,
- sa richesse en protéines, acides gras, vitamines, minéraux, et surtout en anticorps.
Au bout d'une semaine de lactation, le lait a pris sa composition et son aspect habituels.

 

Le veau nait immuno-compétant mais uniquement potentiellement :
Dans l’utérus, pendant neuf mois, le veau s’est construit à l’abri du monde des bactéries et des virus ; à la naissance, son système immunitaire est efficace mais il lui faut du temps pour qu’il se mette réellement en place… En attendant, c'est grâce à la prise du colostrum qu'il récupère des anticorps pour le protéger durant les premières semaines de vie.




Le trou immunitaire





Les anticorps de la phase colostrale (1ère semaine de lactation) sont prépondérants dans l'immunité intestinale
Passé les 24 premières heures, les IgG colostraux ne traversent plus la barrière intestinale. Cependant ils interviennent localement pour protéger l’épithélium intestinal des différentes attaques bactériennes (colibacilles) et virales (rotavirus et coronavirus principalement). En système laitier, compte tenu de la très faible teneur en anticorps (dilution), il peut être conseillé de mélanger du colostrum au lait (200g de colostrum pour 3 litres de lait) et ceci dès le 3ième jour.

En pratique :
Distribuer 1,5 à 2 litres de colostrum dans les 2 premières heures de vie du veau afin d’assurer une bonne assimilation des anticorps. Au total, faire boire 10 à 15 % du poids du veau en colostrum au cours des 24 premières heures.

Pour les agneaux, s'assurer qu'ils ont été adoptés, que les mères ont du colostrum et qu'ils ont tété. Le passage en case d'agnelage peut fortement aider.


Cas général : ·      
  • Alimentation des mères ( repères INRA = minimum) : complémentation minérale (Cu , Zn, Co, Mn, Se, I) et vitaminique (vit A D3 E,  énergie/ protéines  … attention les besoins en fin de gestation augmente !
  • Bon  état sanitaire des mères :            
         - déparasitage, notamment contre la Grande Douve
         - prévention des mammites, des oedèmes mammaires
  • Programme de vaccination sur la totalité du troupeau ( pour la prévention de certaines diarrhées, un programme simple de vaccination avec 1 injection au tarissement ou entre 3 et 12 semaines avant le vêlage est réalisable)

En allaitant
Un veau alerte ( debout dans l’heure qui suit sa naissance) en liberté avec sa mère, boira ce qu’il lui faut … 1,5 litre dans les deux premières heures puis 3 à 4 litres dans les 24 heures suivantes… par la suite, les anticorps assureront une immunité intestinale.
Attention aux veaux issus de primiparts ( caractères maternels pas toujours développés) et aux veaux qui ont souffert aux vêlages.

En laitier ·       
Souvent séparés rapidement de leur mère avant vêlage et confrontés à une mamelle généralement difficile à téter, les veaux dépendent essentiellement de l’éleveur pour la prise colostrale : le protocole type est le suivant 1, 5 litres dans les 6 heures après la naissance puis 1,5 à 2 litres matin et soir .
le colostrum / lait des 6 à 8 premières traites des vaches vaccinées doit  être mélangé . Lorsque cela est possible , il est recommandé de le conserver à 4° C (pendant 1 mois max). Les veaux seront nourris avec ce mélange à raison de 2,5 à 3,5 litres par jour (en fonction de leur poids corporel) pendant les deux premières semaines de leur vie.

Cas particuliers :
  • veaux qui ne peuvent pas boire (vêlage difficile, veau trop faible …) Faire boire du colostrum à la sonde (attention, risque d’irritation de l’œsophage, douceur requise …)
  • veaux issus de vaches habituellement à problème (caractères génétiques de la faiblesse en anticorps ) Faire boire du colostrum d’une autre vache
  • veaux issus de vache ayant perdu leur lait avant vêlage (fréquent en laitier et perte de lait = perte d’anticorps …) Faire boire du colostrum d’une autre vache 
   
Avoir et utiliser un stock de colostrum:
- choisir un bon colostrum :
  • issus d’une multipart vaccinée (n’ayant pas eu de veaux à problème)
  • contrôlé avec un pèse colostrum
- conditionné en bouteille plastique de 1,5 litres (ne pas remplir le flacon en entier) mettre une - étiquette avec l’origine et la date
- conservé au congélateur ( maxi 1 an) ou au réfrigérateur (maxi 1 mois).
- décongelé à une température inférieure à 40°C ( dans un seau d’eau chaude…)

LE SAVEZ VOUS ?
- la vaccination multiplie par un facteur de 3 à 10  les  anticorps spécifiques du colostrum
- l’immunité colostrale peut être renforcée par la vaccination : voir votre vétérinaire :
  • Sur les virus (rotavirus, coronavirus …), une vaccination pour enrichir le colostrum est alors très souvent conseillé.
  • De même pour certains colibacilles (F5 ex K99, F41…) qui surviennent dans les 4 premiers jours de vie
D’autres agents de diarrhée ( cryptosporidies,  coccidies…) ne peuvent bénéficier d’une vaccination


js2003 colostrum.pdf


Cette page a été réalisée à partir de la présentation de Robert Chevalier (laboratoire Schering-Plough) à l'occasion de la journée sanitaire du 11 décembre 2003. Téléchargez le tiré à part de l'intervention :