GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Autres

Publié le 28/04/2010

La fièvre charbonneuse ou charbon bactéridien

  • Maladie infectieuse, non contagieuse, due à la bactérie Bacillus anthracis;
  • Réservoir situé dans le sol, où les spores provenant de cadavres d’animaux infectés sont très résistantes ;
  • Transmissible à l’homme, il s’agit d’une zoonose rare mais qui peut être grave.
Agent responsable

Le microbe responsable est une bactérie Gram positive, Bacillus anthracis. Sa caractéristique, qui est à l'origine du mode de transmission de la maladie, est qu'en présence présence d’oxygène et lorsque la température est comprise entre 15°C et 41°C, elle se transforme en une spore capable de survivre plusieurs dizaines d’années dans le sol.
Espèces animales touchées
Tous les mammifères mais principalement les herbivores :

  • les ruminants domestiques (bovin, ovin, caprin) ou sauvages (chevreuil…)
  • les monogastriques domestiques (cheval, porc, chien, …) ou sauvages (sanglier, renard…)
Persistance et transmission de la maladie
La maladie chez les animaux

Contamination :
  •  surtout par voie orale (ingestion de spores)
  •  présence nécessaire de lésions digestives

 Incubation : 3 à 8 jours

 Symptômes :

- chez les bovins

On distingue 3 formes de la maladie selon sa rapidité d’évolution : suraiguë, aiguë, subaiguë. La mort, causée par septicémie, survient généralement après 6h à 5 jours d’évolution. Les symptômes généralement observés sont les suivants :
  •  hyperthermie jusqu’à 42°C
  •  atteinte brusque de l’état général
  •  arrêt de la production de lait
  •  des troubles respiratoires et circulatoires, et plus tardivement digestifs et urinaires

Dans la forme suraiguë, l’animal n’a pas le temps d’exprimer des symptômes et seule une hyperthermie peut être détectée. - chez les ovins et les caprins

 Les symptômes sont semblables à ceux des bovins, cependant les signes urinaires sont plus marqués et plus précoces, et la mort survient généralement entre 24h et 48h.

 Traitement :

Il existe un traitement antibiotique efficace (souvent de la famille de la pénicilline) mais il doit être administré très précocement. De ce fait il est très difficilement possible en cas de forme suraiguë.
Tous les animaux trouvés morts sans cause évidente doivent être signalés au vétérinaire sanitaire.
Si l’animal est trouvé mort, ne pas déplacer le cadavre. S’il est malade, l’isoler dans un local facile à désinfecter ou le laisser dans la pâture
En cas d’autopsie prendre les mesures nécessaires pour éviter la dissémination des spores
Le vaccin : un outil clé pour la maîtrise

En France, il existe un vaccin pour bovins et ovins (Carbovac®) qui dispose d’une Autorisation Temporaire d’Utilisation. Il s’agit d’un vaccin vivant atténué. Afin de ne pas détruire la souche vaccinale, les animaux ne doivent donc pas être simultanément traités à l’aide d’antibiotique et vaccinés.

 L’immunité est pleinement efficace environ 15 jours après la vaccination, mais nécessite un rappel annuel à effectuer de préférence avant la mise à l’herbe.

A titre préventif, il est conseillé :
- soit de vacciner de façon préventive avant la mise à l’herbe les animaux qui sont amenés à pâturer sur des zones à risque.
- soit d’éviter le pâturage des animaux sur les zones à risques

Attention il ne faut pas confondre la vaccination contre le charbon bactéridien (fièvre charbonneuse) dont il est question dans cette fiche et la vaccination contre l’entérotoxémie ou contre le charbon dit symptomatique qui sont dus à des clostridies. Parlez-en à votre vétérinaire.

Le charbon est une zoonose

Lésion cutané de fièvre charboneuse chez l'homme
  •  Les cas humains sont très rares en France (une dizaine de cas de 1977 à 2008)
  •  Personnes à risque : individus directement en contact avec des animaux atteints (éleveurs, vétérinaires, …)
  • La durée d’incubation varie entre 1 et 7 jours (jusqu’à 60 jours si exposition par inhalation)
  • Il existe 3 formes de cette maladie chez les humains : Cutanée : la plus courante, nécessitant une lésion préalable de la peau, d’évolution souvent bénigne. Pulmonaire ou Digestive : formes extrêmement rares mais plus graves, déclenchées par inhalation de spores ou ingestion de produits contaminés.


Réglementation :
Maladie Réputée Contagieuse soumise à déclaration obligatoire au vétérinaire sanitaire et par celui-ci à l'Administration Vétérinaire et Sanitaire ;
L’élevage est placé sous surveillance et des prélèvements sont effectués ;
Les mouvements d’animaux (achats, ventes) sont interdits pendant la surveillance ; 
La surveillance prend fin 15 jours après la vaccination du dernier animal et la désinfection ;

Aucune indemnisation n'est prévue par l’Etat pour les pertes et les mesures imposées ;
La plupart des GDS ont prévu des aides pour les élevages touchés par des cas de fièvre charboneuse ; n'hésitez pas à contacter votre GDS.
Le traitement se fait par antibiotiques.


Source :  d'après GDS, GDS France

Pour en savoir plus téléchargez également :
Les fiches techniques
2010-03-29-Charbon fiche technique vétos GDS.doc

2010-03-29-Charbon fiche technique éleveur.doc


Les consignes éleveur
Charbon-consignes éleveur.doc
N105 Charbon-qd le suspecter.doc
108 Charbon-commératifs.doc
106 Charbon-protection personnel.doc
104 102Charbon - Fiche grand public.doc


Documents plan de lutte contre le charbon bactéridien : S 20100112 Charbon bactéridien SA et SSA.pdf