GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Autres

Publié le 19/12/2007

La Fasciolose ou Grande Douve

Les métrites : une cause importante d'infécondité

Les métrites ont été abordées lors de la journée sanitaire du GDS de l'Isère du 13 décembre 2007. Elles  représentent une cause importante des infécondités chez les vaches. Il est donc important de déceler tout signe précurseur. Karine Hauray, vétérinaire, a fait le point sur ce sujet.

Deux formes de métrites peuvent exister chez la vache. La métrite aiguë apparaît rapidement après le vêlage souvent dans les deux à quinze jours. Elle est le plus souvent due à un accident lors de la mise bas (extraction forcée, épisiotomie). Durant l’infection, trois phases vont se succéder : une colonisation bactérienne, une lésion des tissus et des écoulements malodorants, puis la phase de guérison. Si la vache est vraiment malade, l’éleveur s’en apercevra et elle sera soignée, mais certaines formes aiguës peuvent passer inaperçues et évoluer vers une métrite chronique.

La métrite chronique ne se déclare que trois semaines après le vêlage et n’est pas facilement décelable. Le premier degré de la maladie n’entraîne que des cycles inféconds bien que réguliers. « Ce niveau passe souvent inaperçu » prévient Karine Hauray. Au deuxième degré de la maladie, des écoulements blanchâtres sont décelables au niveau du col de l’utérus de la bête, bien révélés au vaginoscope. Au cours du troisième degré, les écoulements sont permanents et les chaleurs irrégulières. Le quatrième degré est rarement atteint car c’est une phase d'accumulation importante de pus, et les symptômes précédents ont déjà alerté l'éleveur.
.

Les écoulements blanchâtres à la vulve signent une métrite. Intervention curative du vétérinaire et mesures préventives sont dans ce cas indispensables. Faute de quoi, la fécondité du troupeau va baisser très rapidement.


La prévention est importante en matière de métrite. L'alimentation peut jouer un rôle important dans l’exposition à cette maladie. Ainsi, un excès ou un déficit azoté pendant la période de tarissement, associé à un déficit énergétique sont des facteurs favorisants. Il faut également prêter attention à l’équilibre minéral et éviter les carences en vitamines et oligo-éléments. La prévention des métrites passe également par une bonne hygiène de la mise bas. « Il est important de veiller à l’état de propreté du local de vêlage, du matériel utilisé, de l’opérateur, de ses mains notamment » précise la vétérinaire, car c’est pendant cette opération que se produisent les infections.

Jean-marc Emprun, Terre Dauphinoise