GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Autres

Publié le 10/03/2009

Toxoplasmose


La toxoplasmose chez l'homme et les animaux

Les toxoplasmes sont des parasites unicellulaires de l’Homme et de nombreux animaux, dont le chat qui est l’hôte définitif (celui chez qui se produit une des formes de multiplication des toxoplasme : la reproduction sexuée). L’homme se contamine par l’ingestion d’oocystes (les « œufs » de toxoplasmes) présents dans des sols souillés par des matières fécales de chat ou par consommation de viande contenant des toxoplasmes. En France, on estime que la moitié des cas de toxoplasmose sont d’origine alimentaire. Les facteurs de risque principaux sont la consommation de viandes insuffisamment cuite (surtout de mouton) et de crudités.


L’infection est le plus souvent inapparente. Les formes apparentes donnent une fièvre modérée, un gonflement de ganglions, une mononucléose. L’infection pendant la grossesse peut avoir des conséquences graves : avortement (surtout pendant le premier tiers de la grossesse), anomalies neurologiques ou oculaires. Chez les personnes dont l’immunité est compromise, une primoinfection ou la réactivation d’une toxoplasmose ancienne peuvent conduire à des complications cérébrales ou oculaires.

Estimations sur la toxoplasmose humaine en France :
Nombre annuel de nouvelles infections : 690 000, dont 103 000 s’accompagnent de symptômes et dont 70 entraînent la mort comme cause principale ou associée.
Nombre annuel de nouvelles infections pendant la grossesse : 2700, dont 47 grossesses non menées à terme (avortements spontanés, IVG, enfants morts nés), 600 toxoplasmoses congénitales dont 174 avec séquelles.

Les toxoplasmes peuvent provoquer des avortements chez le bétail. La maladie est plus fréquente chez les brebis que chez les chèvres ou les vaches.
La toxoplasmose chez l’Homme et les animaux

Quelle conduite tenir lorsqu'on est confronté à des avortements ayant pour cause la toxoplasmose dans un élevage producteur de lait cru ou de produits à base de lait cru ?

L'AFSSA recommande à titre accessoire aux femmes enceintes séronégatives et aux personnes à immunité compromise de ne pas consommer de lait cru de chèvres (un produit rare !), elle indique très clairement qu'il n'y a aucune restriction sur le lait cru de vaches et sur les fromages de toutes espèces.

JLS

Télécharger la synthèse réalisée par la FRGDS Rhône-Alpes : toxoplasmose et lait cru.pdf