GDS de l'Isère GDS des Savoies GDS des Savoies GDS de la Loire GDS de la Drôme GDS de l'Ain GDS de l'Ardèche GDS du Rhône

Divers

Publié le 01/06/2009

Prix du lait : hallucinant !

Prix du lait : hallucinant !
.
Article publié en collaboration avec la FDSEA du Rhône et l'information agricole du Rhône.
.
Télécharger l'article original :
 
Les producteurs de lait connaissent la situation plus que difficile de la conjoncture laitière. On s'attendait compte tenu des index très défavorables d’un certain nombre d’indicateur (beurre, poudre, marchés des PGC exports…) à une baisse du prix du lait pour les mois à venir. L’annonce pour certaines entreprises d’un prix du lait à 0,22 € par  litre pour le mois d’avril contre 0,31 € il y a un an, fait vigoureusement réagir les producteurs de lait.
.
Une sous-réalisation record pour la campagne 2008/2009 : dans un contexte très dégradé, la production laitière baisse presque partout en Europe.
.
Selon nos informations, la Commission européenne évaluerait la sous-réalisation nette pour les livraisons à 3,6 % du quota européen.
.
Rappelons que ce dernier était de 146 411 093,33 tonnes (livraisons et ventes directes) au 1er avril 2008, à la suite de l’augmentation des quotas de 2 % pour la campagne 2008/2009.
.
En ce qui concerne la France, nous ne disposons pas encore des données complètes du mois de mars 2009. Néanmoins, à fin février 2009, la sous-réalisation était de l’ordre de 1 million de tonnes. Il est donc fort probable que la sous-réalisation au 31 mars soit de l’ordre de 1,2 million de tonnes.
.
Au niveau européen, seuls le Danemark et les Pays-Bas ont produit les volumes supplémentaires alloués par Bruxelles pour la campagne qui vient de s’achever.
.
Preuve s’il en est que les analyses économiques commanditées par la Commission européenne et qui ont servi à justifier les hausses de volume se sont révélées à l’usage d’une fiabilité toute relative.
.
A noter que l’Allemagne et la Grande-Bretagne vont aussi connaître une sous-réalisation historique sur cette campagne.

.
Les responsables de la Section Laitière de la FDSEA du Rhône exigent que le prix du lait soit fixé à un niveau décent.

.

..
Le prix du lait doit être fixé à un niveau décent
.
Après les actions de l’automne dernier, qui avaient abouties à la fixation d’un prix « politique » du lait jusqu’à fin mars 2009, les entreprises n’ont accepté de discuter aucune piste de sortie crédible à la crise actuelle.
.
Malgré de nombreuses réunions interprofessionnelles, aucun accord n’ayant pu émerger. Malgré les propositions de la FNPL, les négociations ont été renvoyées au niveau des régions.
.
Toutes les réunions dans les interprofessions régionales démontrent que la même absence de volonté des entreprises, tant coopératives que privées, qui restent sur les mêmes positions attentistes, en ne faisant aucune proposition de prix sérieuse. Les industriels privés indiquent comme orientation de revenir au prix de … 2006, soit 267 €/1 000 litres, soit une baisse de 20 % !!!
.
Les négociations doivent reprendre sur des bases objectives. Les produits industriels ne représentent que 30 % des débouchés. Il est hors de question que ce soit cette faible portion des utilisations du lait qui détermine le prix de l’ensemble du marché.
.
La FNPL a proposé des bases de discussions suivantes :
- tenir compte de la réalité des marchés, à leur juste proportion ;
- les PGC doivent jouer un rôle d’amortisseur :
- tenir compte de la diversité des fabrications des entreprises ;
- tenir compte de la réalité de la situation des exploitations laitières.
.
Les indicateurs pris en compte :
- indicateurs de marchés « subir »
produits industriels (beurre poudre)
PGC export (et commodités)
- indicateurs de contexte (à activer au-delà de certains seuils)
PGC France
Prix de l’environnement (rapport Allemagne/France)
Exploitations laitières (indicateur de charges ou marges)
.
Sur ces bases, nous demandons un prix du lait objectif pour l’année 2009 de 305 €/1 000 litres.
.
Depuis début avril, les producteurs voient leur lait collecté sans savoir à quel prix il leur sera payé !! Quelle entreprise peut fonctionner dans une telle incertitude ?
.
La fixation d’un prix est une nécessité pour toute la filière. Sans accord interprofessionnel, ce sera le laissé aller dans chaque entreprise, ce qui accroîtra le risque de spirale à la baisse, sous la pression des centrales d’achat, qui profiteront des faiblesses de quelques opérateurs pour pousser encore plus loin la baisse et leurs avantages.
.
Depuis deux ans, les producteurs ont subi une hausse des charges considérable : engrais, énergie, aliment du bétail… Malgré la crise financière depuis l’automne dernier, ces hausses pèsent toujours sur les comptes des exploitations :
- fin février 2009, l’indice des charges des exploitations laitières était encore de plus + 13,1 % par rapport à février 2008
- et de plus + 26 % environ, par rapport à 2006, année de référence pour les industriels privés !!!
.
Le démantèlement de tous les leviers de gestion du marché par la Commission Européenne a été parfaitement irresponsable. Il est grand temps que les élections européennes de juin prochain permettent de tourner cette page sinistre de la politique européenne, qui est menée depuis maintenant près de 15 ans.
.
Les nouveaux parlementaires et commissaires européens devront prendre en compte les réalités dès leur pris de fonction : la sécurité alimentaire ne peut être laissée au main du libéralisme. La régulation des marchés est une nécessité pour toutes les filières agricoles et toutes les filières agricoles et tout particulièrement le lait. L’aménagement du territoire ne se décide pas par le marché, mais par la volonté politique et des orientations claires.
.
Pour l’immédiat, les entreprises ne peuvent continuer à se cacher derrière le démantèlement de la PAC, pour justifier leur incapacité à faire des propositions de prix. Cette fuite en avait est suicidaire pour elles et pour les producteurs. La fixation d’un prix est une mesure de sauvegarde de toute la filière laitière et les emplois qui lui sont liés.
.
Messieurs les dirigeants des laiteries un peu de courage : le premier qui parlera ne sera pas le traitre de service. Ne rien dire comme vous le faites depuis des mois, c’est faire le jeu des GMS et préparer notre tombe à tous.
.
Vers quel type d’action ?
.
Les responsables de la Section laitière ne veulent pas se tromper de cible et accusent unanimement la grande distribution de la situation ainsi créée à la filière laitière (comme d’ailleurs dans les autres filières).
.
Grève du lait ? On en parle sérieusement. Grève totale, tournante ? Chacun a sa petite idée mais si une telle action était engagée, elle ne peut être portée pour être efficace qu’au niveau national et européen. La crise a contaminé toute l’Europe. Ne parle-t-on pas du lait à 180 et 200 € en Belgique et en Allemagne ?
.
Les Pouvoirs Publics tant nationaux qu’européens ont une lourde responsabilité car la dérégulation du marché et la suppression des différents instruments de gestion des marchés laitières ont été progressivement supprimés.
.
Gérard YVOREL

A lire aussi...

GDS: un peu d'histoire...
"Les Chèvres de ma mère"Charte des bonnes pratiques: fonctionnement
Ecornage: sécurité et bien-êtreLa surveillance épidémiologique
Génomique et santé animaleLa sécurité sanitaire, d'abord l'affaire des éleveursAbattoirs: reportage télévisé
Abattage rituel: réglementation
Élevage: la sécurité des personnes
Etat des lieux et pistes pour un développement de la filère viande bovine en IsèreRapport du sénat sur la filière viande bovine : agir maintenant pour sauvegarder nos territoiresGuide des Bonnes Pratiques ovinesRécolter toutes les paillesDéclaration PMTVA et PAC en ligneAnimaux sauvages blessésPourquoi le lait est meilleur en Alsace ?Une politique sanitaire rénovée pour l'agriculture française en 40 actionsLes éleveurs de viande bovine veulent vivre de leur métierLe revenu des agriculteurs en question.Disparition ou vol de bovins - quelles déclarations effectuerPoulailler alimenté en eau grâce à des citernes souplesPauvreté, précarité, et solidarité en milieu ruralUn flux RSS pour suivre l'actualité sanitaireSynthèse des dispositifs d'aides 2009 aux investissements en élevage bovin, ovin et caprinStratégie nationale pour la biodiversité - 2009-2010 - Michel Barnier renforce le plan d'action « agriculture »Nettoyage des parcelles en bord de route : une initiative des agriculteurs de la coopérative de BoisseauxLes PSE des controles laitiers de la Mayenne et de la Sarthe sont validesPCR, antigénémie, sérologie quand les prises de sang permettent de traquer les infections microbiennesCharte des Bonnes Pratiques d'elevage: concours photo à l'occasion des rencontres nationales CharteCharte des Bonnes Pratiques d'elevage(CBPE)Liste des espèces domestiquesLa distinction entre l'homme et l'animal : une question crucialeecornagedes bovins jeunes et adultesSecheresse : recenser les éleveurs en difficultésLexiqueLa Certification de la Santé Animale : l'ACERSA et le Schéma Territorial de Certification

Téléchargement

hallucinant.pdf